DIOR COUTURE : LA MAISON RÉINVENTE LA PRÉSENTATION DE SA COLLECTION​

DIOR COUTURE : LA MAISON RÉINVENTE LA PRÉSENTATION DE SA COLLECTION​

Collection Automne-Hiver 2020-2021 : Dior réinvente la présentation de collection

A situation inédite, ajustements inédits, en haute couture comme partout !

La maison Dior, dont le défilé était initialement prévu à Capri début mai 2020, ne fait pas exception à la règle. Depuis le 6 juillet à 14 h 30 précises, on peut découvrir sa collection Automne-Hiver 2020-2021 exclusivement en ligne et sous un format novateur : un film de cinéaste d’une quinzaine de minutes !

Revenons un instant sur le contexte particulier de cette année… Dans le monde de la mode, la pandémie de COVID-19 a notamment entraîné l’annulation en série des défilés Croisière, ces shows de présentation intermédiaires entre les classiques Fashion Weeks de Paris, Milan, New York, ou Londres.

Les grands couturiers ont ainsi dû faire preuve de souplesse et d’inventivité pour remplacer cette traditionnelle vitrine et présenter tout de même leurs collections au monde… en toute sécurité !  

Voilà comment Maria Grazia Chiuri, directrice artistique des collections féminines chez Dior, s’est tournée vers l’Italien Matteo Garrone. Qui mieux que le réalisateur de Tale of Tales (« Le Conte des Contes », adaptation d’un recueil fantastique), aurait pu mettre en images le parti-pris de la créatrice de s’ancrer dans le monde du rêve et de l’imaginaire ?

Pour autant, si la forme du court-métrage est novatrice dans le monde de la haute couture, le film reprend quant à lui une tradition oubliée, née au cours d’une autre période où la libre circulation des personnes était entravée : la Seconde Guerre mondiale.

Artistes et grands couturiers s’étaient alors associés pour créer le Théâtre de la mode. Celui-ci permettait de présenter des collections miniaturisées sur des poupées mannequins, bien plus faciles à faire voyager dans le monde en ces temps troublés !

Dans Le Mythe Dior – c’est le nom du court-métrage réalisé pour la marque par Garrone –, l’idée d’une malle voyageuse contenant toute la nouvelle collection en modèles réduits est reprise, et transposée dans un univers onirique et intemporel peuplé de muses, sirènes et jeunes faunes.

L’esthétique est sublime, l’ambiance sonore évoque Erik Satie (peut-être un clin d’œil au surréalisme cher à la créatrice, et en particulier à ses représentantes féminines, à l’instar de Dora Maar, Lee Miller ou encore Jacqueline Lamba ?) et le film fait la part belle aux petites mains qui ont confectionné ces robes avec une minutie obsessionnelle…

Une autre façon de donner à voir la haute couture, à la croisée des chemins entre modernité, ancrage dans une tradition artisanale et imaginaire collectif multimillénaire…